Retour sur image de notre Rencontre avec Pascale BOUGEAULT le jeudi 16 décembre 2021

De L’HUMOUR AVANT TOUTE CHOSE

      Pour son entrée en matière, c’est à l’humour qu’en appelle Pascale BOUGEAULT : on s’amuse avec elle de voir piratées Les taches du léopard, traduites en kurde sous le manteau ; ou encore d’apprendre qu’en voulant s’immerger chez des Guadeloupéens, elle se retrouve au beau milieu d’une famille…Afghane. Pascale BOUGEAULT prendrait-elle les choses comme elles viennent, avec un sourire, et en rêvant par là-dessus ? Pas vraiment…

Puis une IMAGINATION CREATRICE

Certes, son humour est présent, surtout quand il s’agit de mettre en scène des êtres ou des objets fragiles, et c’est une jolie façon d’aborder le sujet. Ainsi, quand, dans un musée, elle s’assoit devant un petit chapeau philippin figurant un visage et ses deux oreilles, voilà que son récit s’enclenche : partant du visage elle crée un corps, du corps elle passe au contexte, du contexte elle en  vient à l’histoire de l’objet ; et d’un objet à l’autre, elle aboutit à un catalogue vivant des arts premiers. Son imagination associée à sa culture anthropologique  fait merveille. Le processus : s’étonner, sourire et faire éclore.

Tout en entrant DANS LA VERITE DU MONDE VECU

Par ailleurs, se poser, prendre son temps, regarder, croquer à l’infini dans le chocolat des images et des sons, cohabiter, se fondre dans le paysage comme un chat familier, regarder à distance, se loger dans une bulle de savon, voilà sa façon de faire pour partager le quotidien des familles, des enfants, habiter leur espace intime, percevoir « l’ambiance, la musique, les voix, les cris »  et partager les ressentis de l’autre dans le « le souffle du vent et la chaleur ».

Pascale rassemble dans ses carnets de croquis des éléments innombrables, et un jour se tissent entre eux des liens et une histoire nait ; magie des transformations : la forme précède la pensée, laquelle produit une autre forme ; dans l’acuité du regard patient, les choses se mettent à parler. Que montre l’autrice-illustratrice ? Aussi bien une scène vue que le ressenti des personnages et aussi le sien propre ; la façon de voir de Pascale ressemble ainsi beaucoup à celle de la Réalité Virtuelle : présente-absente-très présente, elle s’immerge, elle voit les scènes et leur décor, elle les ressent, elle intègre le ressenti des personnages et des animaux.

Avec son désir de montrer une vérité encore plus vraie, Pascale se situe au croisement du constat et de la mise en scène : des personnes parfaitement identifiées sont aussi des personnages imaginaires. En ce sens, on peut parler chez elle d’un art sorcier fondé sur l’intégration, l’imprégnation, l’infusion.

Mais il y a aussi CHEZ ELLE DES ENGAGEMENTS

Car au sein-même de cet humour et dans ce perçant regard d’aveugle, c’est un dessein tenace et des certitudes qui se logent, un peu comme chez le KIPLING de La lumière qui s’éteint. Pascale BOUGEAULT nous fait entendre ses convictions. Avec son album Comment maman a tué le chef des Pamplemousses, elle nous dit son engagement à ne pas laisser de côté les sujets qui peinent les enfants ou qui fâchent les parents : la maladie, la mort, le divorce. Dans son album De quelle couleur es-tu, elle ose enfreindre le silence qui entoure aux Antilles (et ailleurs) le tabou du « colorisme », conséquence perverse du colonialisme. En leur montrant les figures héroïques de leurs ancêtres, au rebours de la mode des héros modernes, elle permet aux enfants de valoriser l’univers de leurs grands-parents. Sans ses engagements profonds, Pascale travaillerait-elle autant, alors qu’elle circule partout dans le monde, et pourrait se complaire dans ce divertissement ? Non, elle a en elle une volonté: celle de communiquer aux enfants, dans un monde aux fractures inédites, de l’espoir, de l’énergie, de l’optimisme.

Un chemin est ainsi proposé par elle à la littérature jeunesse : être complice de l’enfance, regarder et dire le vrai, faire valoir ce qui a un sens et délaisser le sensationnel, dégager les valeurs, enseigner un savoir-vivre.

Voilà ce que Pascale BOUGEAULT a voulu nous faire partager. Elle souhaitait compléter son propos par la video « Trombino » ;  allons donc la voir sur son site: 

https://www.pascale.bougeault.illustratrice.org/

Le LIVRE QUE NOUS AVONS ACQUIS POUR NOTRE BIBLIOTHEQUE

et que nos adhérents pourront désormais emprunter, c’est

Nous l’avons sélectionné parce qu’il est agréable à lire, facile à comprendre par les enfants et rempli d’un humour et d’une gentillesse propres à désarmer la violence ordinaire dans les relations, même enfantines. Nous l’avons choisi aussi parce qu’il est un livre engagé.

A cette lecture, nous pourrions associer celles du Chemin de Jada et de Comme un million de papillons noirs, de Laura NSAFOU (Ed. Cambourakis), albums découverts lors de notre Rencontre du 18 novembre 2021.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.