Retour sur Image : Delphine Chedru, autrice et illustratrice

RETOUR SUR NOTRE RENCONTRE DU  10 DECEMBRE 2020

pastedGraphic.png

Delphine CHEDRU, c’est d’abord un sourire quasi permanent, un rire communicatif. Elle nous a précisé qu’elle travaille en atelier, en compagnie de confrères avec lesquels elle partage souvent des idées, elle échange des conseils (sauf sur le choix des couleurs !).

Dès le début de son intervention, sa voix claire et limpide a capté notre attention, et elle nous a fait découvrir ses influences :

  • Son aïeule a été un facteur déterminant : « Petite, j’attendais avec impatience le cérémonial de la lecture des « Histoires comme ça » de KIPLING, institué par ma grand-mère paternelle. Lectrice de talent, sa voix m’a légué le goût de l’image, du texte, de la poésie et de l’absurde… » ; 
  • Paul Emile VICTOR avec « Apoutsiak »
  • Maurice SENDAK : « Max et les Maximonstres » ; 
  • Elia et Enzo MARI, éditeurs italiens de « L’œuf et la poule » ; 
  • « Les contes du chat perché » de Marcel AYME ;

Et Eugène IONESCO, et Chihiro IWASAKI  pour son illustration de « Mon oiseau est revenu » de Maurice COCAGNAC…

Delphine CHEDRU nous a confié qu’elle n’a pas conservé ses jouets de jeunesse ; mais elle a gardé ses livres d’enfant.

Son parcours professionnel commence par le graphisme. Le dessin va suivre, puis l’écriture elle-même. Pour elle, le dessin et le texte sont indissociables, sans doute parce qu’elle était douée pour les deux matières (elle avait été tentée par des études en Hypokhâgne). Ses albums sont toujours construits autour d’un thème ou d’une idée qui vont la conduire à une histoire.

Puis le dessin prend forme. Ou plutôt les dessins. Car il y a toujours plusieurs tentatives, parfois de nombreuses esquisses, avant de parvenir à l’illustration définitive, celle qu’elle va retenir pour son ouvrage. Ainsi, pour la couverture de « L’Arbrier », il y a eu une quarantaine d’essais. 

pastedGraphic_1.png

Ses divers éditeurs l’obligent à diversifier les modèles de ses dessins. Elle puise alors son inspiration dans les choses simples de la vie : un emballage-papier ou le dessin d’un papier-peint sur un mur peuvent l’inspirer, et susciter une idée d’illustration. Le choix des couleurs est primordial. A partir d’une gamme précise et limitée, elle va procéder à des coupages, des mélanges qui la conduisent au but recherché. Ainsi, le blanc de « Nuit polaire » ou de « Jour de neige » n’est pas un blanc ordinaire, une simple transposition : c’est le résultat d’une recherche, d’un tâtonnement et de nuances insoupçonnées. 

pastedGraphic_2.pngpastedGraphic_3.png

Pareillement, « Quand tu dors », « Bonjour, au revoir », « La princesse attaque » et d’autres titres sont remplis de tonalités de bleu, noir, jaune, gris ou rouge.

pastedGraphic_4.pngpastedGraphic_5.png

pastedGraphic_6.png

Dans le texte lui-même, il y a une recherche de la musicalité, de l’harmonie des sons contenus dans la phrase, comme dans « Papa, maman » : l’ensemble doit être agréable à l’oreille.  

Il y a aussi les livres-jeux, principalement destinés à faire participer les enfants, à mettre en place l’interactivité : jeux visuels dans « Paul a dit », jeux narratifs (choisir un bon chemin), jeux gestuels (remplir des trous dans le carton du livre), jeux de règles (suivre un chemin avec le doigt). 

pastedGraphic_7.png

Au fil des minutes, nous avons découvert une autrice qui aime profondément ce qu’elle fait. Même si elle affirme que ses ouvrages sont également destinés aux adultes, les enfants sont au centre de son œuvre : 

  • Dans ses lectures aux enfants, elle aime constater les réactions positives, même chez les tout-petits qui ne comprennent pas tout, mais qu’elle fait rêver et qu’elle laisse imaginer, et qui devinent peut-être le parcours de l’abeille dans « Bzzz » ;
  • pastedGraphic_8.png
  • Elle conserve les mots inconnus pour eux dont il faut parfois expliquer le sens, comme le faisait sa grand-mère ;
  • La lecture n’est pas forcément relayée par un adulte : l’enfant peut essayer de feuilleter, de déchiffrer les dessins sans connaître le texte.

 Son travail est resté artisanal même si elle utilise un ordinateur, et il n’interfère pas dans sa vie privée. 

En définitive, nous avons été subjugués par Delphine Chenu, à la fois créatrice imaginative, poétesse, exigeante et conteuse de talent : sa lecture d’un extrait de « Bzzz » était très évocatrice et réaliste.

            Elle nous a confié avoir conservé ses livres de jeunesse. Après son exposé, nous sommes persuadés qu’elle a aussi gardé son âme d’enfant.

  • Maurice COCAGNAC : Aumôniercatéchiste de l’École alsacienne et très apprécié par les enfants, il publie aussi pour eux une quarantaine de petits livres illustrés – « les Albums de l’Arc-en ciel », de 1963 à 1968, puis « les Contes du hibou » et « la Rivière enchantée ». Dès 1964, il fait appel à d’autres artistes (Jacques Le Scanff, Alain Le Foll, Bernard Gibert, Chantal Biso-Masnou) pour illustrer ses albums pour enfants ; après 1970, il sollicitera le concours de conteurs et de peintres japonais pour réaliser d’autres livres encore plus originaux. (Source : Wikipedia)

Par Agnès

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.