Chen Hiang Jong : un artiste invité par Lire 95

RENCONTRE DU 15 OCTOBRE 2020 AVEC CHEN HIANG JONG

C’est en ami que Chen vient à notre rencontre, pour nous remercier d’accompagner ses livres, et pour que se partagent nos curiosités et nos expériences si diverses.

Son enfance

Il revient sur l’enfant qu’il fut, doté d’une détermination sans faille, d’une parfaite capacité d’apprentissage et d’un besoin irrépressible de dessiner sans relâche du matin au soir, 365 jours par an… Versant lumineux : l’amour intense de sa mère et de ses grands-parents, l’adrénaline du travail, et, au plus profond,  une force assimilée, venue de nulle part, véritable cadeau du Ciel. Comme chez Victor Hugo, « une force qui va ».

Malgré obstacles et inquiétudes maternelles, et en échange d’un travail en usine de deux ans, le brillant élève intègre  les Beaux-Arts de Tien-Tsin, puis de Pékin (1984). Un échange universitaire l’amène à Paris. Il peint, expose*, gagne sa vie. Il rencontre Zao Wou-Ki et Zhu Xiao-Mei**. Puis il débute sa carrière d’illustrateur sur un texte de Lisa Bresner*** et d’auteur-illustrateur avec La légende du cerf-volant(1997). Il fallait écrire pour répondre à une forte pression interne, exprimer le tourment et la joie de qui  s’est séparé d’une mère, la Chine, pour en trouver une autre, la France.

Tous ses personnages vont alors fonctionner selon un schéma personnel : enfants sans parents, mais doués de force, qui traversent des difficultés et déplacent des montagnes. L’historique prend la main en dépit d’intentions initiales plus aimables et distrayantes. Et avec les années, c’est de plus en plus fort, avec ce sentiment d’être mû par un Destin, une spiritualité. « C’est une magie ».  

Quel sens à tout cela ?

« Il faut montrer la beauté, la force, les couleurs, les valeurs de la vie, prendre  cette liberté de donner tout cela aux enfants. C’est aussi vivre « une mission de transmission et de témoignage ».Car en racontant une histoire à un enfant, on l’enracine dans sa culture, et dans la culture du monde en général.  « Quand on a ça, on existe ; on peut construire quelque chose pour les autres, cela donne un sens à sa vie. »

Et la Chine ?

En dehors des commandes qu’il reçoit, notamment pour illustrer des contes de divers pays et dans lesquelles il s’investit avec bonheur en se documentant et en voyageant, c’est vers la Chine qu’il se tourne spontanément pour puiser son inspiration. Exactement la Chine ancienne, continent culturel aujourd’hui détruit et dont il faut préserver les racines, au risque-même de le sublimer. Chen fait voyager les enfants au cœur des vieilles légendes, comme celle du Prince Tigre ou celle du Cheval magique de Han-Gan, afin de les ré-enraciner dans le terreau fertile que sont les enfants de tous pays. 

Ecoutons à nouveau :

https://youtu.be/DoruQQ2-KDI

Art ou technique ?

Chen récuse le terme d’art pour ses illustrations et préfère celui d’artisanat. Ses images sont figuratives, documentées, quasi scientifiques. Il s’agit de montrer le vrai, on a horreur du vraisemblable, de la cuisine des chinoiseries.

« Chaque page est un tableau, chaque tableau est un livre ». L’enfant se complaira dans les détails, les taches qui révèlent un monde, les trois traits qui sont un univers. En cet enfant un espace de vie s’insinuera, meublant le vide, avec le noir, qui balance avec le blanc, ying et yang, le rouge, couleur de la fête, et toutes les autres couleurs qu’on aime sans savoir pourquoi. Un cadeau du Ciel renouvelé…

La  philosophie d’un franco-chinois :

Apprendre des autres tout en restant soi-même et en respectant le grand pays qui vous a adopté. Opter pour le multiculturel. Ne rien oublier. Mais « peindre le blanc », passer dans une autre dimension. Admettre qu’il existe des forces supérieures positives qui nous orientent. Rester curieux et dans l’émerveillement.

pastedGraphic.png

Notes

        *  Galerie Taménaga, du 9 au 29 octobre 2020 ; 18 avenue Matignon, Paris 8ème .

** Zhu Xiao-Mei : cette pianiste internationale a publié La rivière et son secret (Des camps de Mao à Jean-Sébastien Bach, l’itinéraire d’une femme d’exception). 

*** Lisa Bresner : écrivaine et sinologue ; a publié Foming et le trésor des mers, Père Castor/Flammarion, 1999 ; Le Bouvier et la Tisserande, École des Loisirs, 2000 ; Un cheval blanc n’est pas un cheval, L’Ecole des Loisirs, 2001.

Par Agnès

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.