Catégorie : Retour sur une Rencontre

Nos retours sur une rencontre avec un pro de la littérature jeunesse (autrement appelés « retours sur image »)

Une riche Rencontre avec Brigitte MOREL, dirigeante des Editions des Grandes Personnes

A la Journée départementale des bénévoles de Lire et faire lire de ce mardi 23 mai 2023, organisée par notre partenaire la Ligue de l’Enseignement du Val d’Oise, nous avons convié Brigitte MOREL, la fondatrice-dirigeante des Editions des Grandes Personnes.

Elle sait de quoi elle parle.

Déjà parce qu’elle a longtemps fabriqué des livres elle-même et qu’elle maîtrise les étapes concrètes qui produisent des objets bien finis ; ensuite, parce qu’elle a une belle expérience éditoriale, étant passée par Le Seuil Jeunesse, ayant vécu l’aventure de Panama, et enfin fondé les Grandes Personnes (un nom soufflé par Patrick Couratin), avec le soutien d’Antoine GALLIMARD.

Elle sait s’attacher de fidèles collaborations, car

« Avec les mêmes auteurs, on construit une œuvre, un regard »

Ceux qu’elle édite, elle respecte autant leurs personnalités que leur art de faire. Pas si simple. Aussi, quand elle nous parle de tel ou telle, croirait-on voir s’ouvrir l’album d’une sorte de famille idéale.

Pour en présenter les membres, Brigitte convoque sur scène les auteurs et leurs ouvrages, qu’elle incarne et donne à voir avec soin et respect.

Et voici que parait Bernadette GERVAIS, tenant en main Des trucs comme-ci, des trucs comme ça (nous nous rappelons la brillante démonstration qui a clôturé notre Rencontre du 16 février dernier).  

Puis vient se placer Joëlle JOLIVET, qui effeuille son Corps humain en linogravure (Joëlle, qui nous avait rendu visite en 2013).

Elle est suivie de Philippe UG (prononcé U–G), ce « génie du papier », avec ses pop-up tournoyants et éblouissants (Le lagon bleu, Drôle d’oiseau…).

Voici maintenant Laetitia BOURGET , et l’on retient son souffle quand elle ouvre son délicat livre de calques, au titre inspirant, Tu es là.

A ses côtés, Pascale ESTELLON avec son Imagier à toucher ; elle dit : « « Dans mon imagier à toucher, je peux caresser la coquille de l’escargot, découvrir des personnages, suivre du doigt un escalier qui me mènera à la maison, contempler les étoiles, faire tourner les ailes du moulin… »

Brigitte fait alors apparaître Lucie FELIX, et nous relit avec pudeur et émotion son Prendre et donner.

Cet esprit du don est tout aussi bien répandu dans l’ouvrage de PENELOPE : La nature au bout des doigts, livre de lecture tactile embossé de visuels entièrement blancs.

Puis, c’est au tour de Beau GARDNER de monter sur scène, et le voici manipulant dans tous les sens son Tourne, pense, regarde (une nouveauté de novembre 2022).

Brigitte n’oublie pas de citer aussi Sylvain LAMY, un graphiste si doué, et un proche collaborateur.

Enfin, et pour lui attribuer une palme d’honneur, Brigitte MOREL convoque son amie récemment disparue, la tchèque Kveta PACOVSKA. Elle pose sur le devant de la scène le leporello (livre-accordéon) intitulé Couleurs du jour, elle l’étire d’abord dans toute sa longueur (10 mètres quand même), puis elle en fait un cercle. Et là nous voyons le musée-miniature que c’est, et qu’un enfant pourra s’y loger comme en un castel de merveilles fait de toutes les beautés du monde.

Brigitte MOREL a convaincu le public des bénévoles. En mettant en avant les trois qualités qui font la bonne éditrice : la confiance, l’esprit de découverte, et la disponibilité, elle a transmis ses clefs aux autres passeurs de livres.

Qu’elle soit pleinement remerciée.

Retour sur la Rencontre avec Lucie FELIX

Cette Rencontre a eu lieu le 17 novembre 2022, à EAUBONNE (Val-d’Oise).

Dès l’abord, Lucie FELIX séduit son auditoire par la simplicité et la clarté de son propos, et par sa sympathie déclarée pour les acteurs de Lire et faire lire.

Et c’est tout de suite son enfance qu’elle évoque, des jeux , de la liberté, de l’immersion dans la nature, à l’orée de son village natal jurassien. Des moments intenses qui marquent une vie, un destin, des couleurs qui ne peuvent s’éteindre.

Lac de Narlay

Et puis vient la découverte des contradictions du monde : les arbres que l’homme abat, et ceux que l’homme plante ; la pédagogie aux deux visages, violente en classe, mais merveilleuse en plein air air où l’on cultive l’art du dessin, où l’on découvre les milieux naturels, les animaux des bois, les tendres œufs dans les nids. Avec des prolongements, des initiations à la céramique, aux émaux. Dans la vie, trier, corriger, compenser.

De cet univers, il faudra pourtant s’affranchir pour se former : aux sciences de la nature au Museum de Paris, puis aux arts graphiques à l’Ecole supérieure d’Epinal. Quand on maîtrise la réalité, on peut s’échapper dans la création.

Et tout de suite après, c’est l’entrée en littérature jeunesse, un vrai choix de vie.

Deux maîtres vont jouer un rôle décisif : le designer japonais Katsumi KOMAGATA, et l’architecte-plasticien italien Bruno MUNARI. Du premier, elle retient la capacité à capter l’attention, avec ses triptyques en noir et blanc; à nourrir des expériences sensorielles, avec ses livres qui se déplient:

Par les œuvres du second, elle se sent fascinée, car Bruno MUNARI a le génie de susciter la curiosité amusée, avec ses livres-objets, son sens du mouvement et sa créativité:

Côté français, elle admire Hervé TULLET, qui se joue des pleins, des vides et des couleurs:

Son « choix de vie » se fonde sur un principe intangible : elle écrit et crée POUR et AVEC les enfants. Comme pour conjurer définitivement les méchantes pratiques pédagogiques. Elle fait naître ses livres d’une interaction avec les très jeunes, qu’elle rencontre au sein des ateliers qu’elle anime ici ou là, jusqu’au Japon, et où elle déploie une attention passionnée à leurs réactions, leurs émois, leurs quêtes.

Un objectif principal : amener les enfants à vouloir explorer le monde par eux-mêmes. Et des moyens : des livres et aussi des installations où les enfants partent à la recherche de choses cachées, prétexte à la découverte de soi.

Ainsi Lucie FELIX est-elle toujours dans une démarche active et expérimentale.

Pour l’amour des arbres et du bois, elle crée des livres qui ressemblent parfois à de lourds coffrets ou des empilements de boites, tablettes ou planchettes. Dedans, il y a des surprises, des pièces à déplacer, des cartons à tourner, des écrans à intercaler, des cartons à plier ou redresser.

Le livre est un objet qui doit être solide, manipulable, malléable et transformable. Cet élément bizarre et généreux doit faire jaillir des étincelles de vie.

Le Nid

Mais son livre n’est pas qu’un objet ! il est aussi son propre environnement, car il se prolonge dans d’autres objets matériels donnés à manipuler : par exemple des œufs fragiles que l’enfant protège dans ses paumes, passe sur son visage. Le livre s’insinue dans les gestes de l’enfant, dans ses sourires, dans ses regards. Il se révèle alors comme un objet magique, animant l’enfant dans sa bulle et ses jeux. Des choses mystérieuses se passent, dont l’autrice-actrice décèle l’existence, sans pour autant vouloir en percer la nature exacte.

Lucie Félix constate l’effet mais se garde de l’idéaliser.

Pour elle, un livre est un ensemble de pages ou d’objets reliés, qui se tournent, disent parfois tout et son contraire, font rentrer en soi et dans le même temps introduisent au monde.

Une « chose » simple, ardente et généreuse, à l’image de sa créatrice.

Le livre de Lucie Félix que nous avons choisi pour notre bibliothèque, et que les adhérents de Lire95 pourront emprunter, est un conte, intitulé Le Bûcheron, le Roi et la Fusée.

Son éditeur, Les Grandes Personnes, le présente en ces termes :

On y parle du sens de la vie, de sa place dans le monde à travers la lutte contre l’arbitraire et de la question très actuelle de la préservation de l’environnement. La compréhension du récit passe par la manipulation des formes et leur transformation qui a valeur de symbole, le donjon du roi-tyran devient fusée, sa couronne, maison dans la forêt… Ce livre offre différents niveaux de lecture, du plus-petit qui suivra l’histoire du bûcheron au plus grand qui sera capable de saisir les problématiques abordées.

Christine Lepot, François Carcassonne, pour Lire95.

Retour sur la Rencontre avec François ROCA

Reçu à Eaubonne ce 6 octobre 2022, François ROCA nous a subjugués avec son humour, sa verve et ses anecdotes.

Il nous a entrouvert le vaste monde qu’est son œuvre, un univers éclectique, où règnent la passion, la  fantaisie et l’imagination. Une œuvre encensée par le monde de la littérature jeunesse, les critiques, les éditeurs, et qui pourtant n’a pas les enfants pour destination. En somme, un banquet où enfants et les adultes sont conviés et se délectent…

Notre artiste prise autant les textes qu’il illustre que les images qu’il crée,  illustrateur et écrivain s’enrichissent l’un de l’autre. François Roca collabore avec une totale sincérité, mais il sait imposer sa vision des choses et être un véritable co-auteur.

Ses images sont à la fois belles et impeccablement finies. Art et artisanat se conjuguent.

Tantôt, elles reflètent l’intemporel et elles fascinent ; tantôt, elles sont forces d’activation, et elles emportent.

Qu’elles portent à méditer ou qu’elles dessinent l’instant d’un récit, elles captent l’attention et donnent soif de connaître la suite de l’histoire. Derrière chaque image, des questions : pourquoi ? vers où ? comment y arriver ?

Quelles histoires ? François Roca en a privilégié quatre dans son exposé, toutes écrites par Fred Bernard, avec qui il forme un tandem créatif parfaitement efficace. Avec La reine des fourmis, c’est un périple à travers le monde, avec Jeanne et le Mokélé, une exploration palpitante. Dans Jésus Betz et Le pompier de Lilliputia, nous entrons en empathie et fondons d’admiration pour des êtres qui ont su se construire un destin malgré leurs handicaps.

D’où vient son inspiration ?

De ses  admirations : pour des illustrateurs comme Wyeth, des peintres comme Hopper ou Remington, des cinéastes comme Van Dyke, le réalisateur des Tarzan;

pour les vieux mythes, pour les passions de l’adolescence, les films d’aventures, les récits dramatiques ;

pour les belles choses cachées, les curiosités, les bizarreries du monde, le silence parlant des regards, des corps et des postures.

François ROCA nous a invités à voir que ce monde n’est pas irrémédiablement malsain, et qu’il n’est pas besoin de niaiseries dessinées pour le démontrer. Pour lui, il existe bel et bien, et à jamais, ce monde « de la première fleur », logé au fond des yeux des enfants de tous âges. Sa conviction passe plus qu’un message d’espoir, elle communique une certitude.

Parallèlement à son métier d’illustrateur, François Roca vit pleinement celui de peindre, et il nous a montré des portraits de toute beauté ; il expose à la galerie Huberty & Breyne-Les Arts dessinés, Paris, 20 rue Chapon, jusqu’au 29 octobre 2022.   

Le livre que nous avons acquis pour la bibliothèque de Lire95 et que vous pourrez emprunter est Jésus BETZ.

L’éditeur Seuil Jeunesse nous le présente ainsi :

Voici l’histoire de Jésus Betz, l’homme-tronc à la voix de soprano.

Vigie sur un baleinier, éborgné par une mouette, il est recueilli par l’énorme Mamamita. Bientôt, tous deux tombent sous l’emprise de Max Roberto qui les exhibe dans les bars. Lorsqu’il trouve enfin le courage de s’enfuir avec son ami Pollux, il décide de s’enrôler dans un cirque où, enfin traité avec respect, il connaîtra le succès et le bonheur auprès de Suma Katra, une belle acrobate muette… Ce destin hors du commun est raconté d’une manière à la fois touchante et pudique : dans cette lettre à sa mère, Jésus Betz lui pardonne de l’avoir abandonné et lui livre un récit apaisé de tous ses malheurs.

Jesus Betz a obtenu le Prix Baobab 2001 du Salon du livre et de la presse jeunesse en Seine-Saint-Denis et le Prix Alphonse Daudet – Goncourt jeunesse 2002.

Retour sur image de notre Rencontre avec Pascale BOUGEAULT le jeudi 16 décembre 2021

De L’HUMOUR AVANT TOUTE CHOSE

      Pour son entrée en matière, c’est à l’humour qu’en appelle Pascale BOUGEAULT : on s’amuse avec elle de voir piratées Les taches du léopard, traduites en kurde sous le manteau ; ou encore d’apprendre qu’en voulant s’immerger chez des Guadeloupéens, elle se retrouve au beau milieu d’une famille…Afghane. Pascale BOUGEAULT prendrait-elle les choses comme elles viennent, avec un sourire, et en rêvant par là-dessus ? Pas vraiment…

Puis une IMAGINATION CREATRICE

Certes, son humour est présent, surtout quand il s’agit de mettre en scène des êtres ou des objets fragiles, et c’est une jolie façon d’aborder le sujet. Ainsi, quand, dans un musée, elle s’assoit devant un petit chapeau philippin figurant un visage et ses deux oreilles, voilà que son récit s’enclenche : partant du visage elle crée un corps, du corps elle passe au contexte, du contexte elle en  vient à l’histoire de l’objet ; et d’un objet à l’autre, elle aboutit à un catalogue vivant des arts premiers. Son imagination associée à sa culture anthropologique  fait merveille. Le processus : s’étonner, sourire et faire éclore.

Tout en entrant DANS LA VERITE DU MONDE VECU

Par ailleurs, se poser, prendre son temps, regarder, croquer à l’infini dans le chocolat des images et des sons, cohabiter, se fondre dans le paysage comme un chat familier, regarder à distance, se loger dans une bulle de savon, voilà sa façon de faire pour partager le quotidien des familles, des enfants, habiter leur espace intime, percevoir « l’ambiance, la musique, les voix, les cris »  et partager les ressentis de l’autre dans le « le souffle du vent et la chaleur ».

Pascale rassemble dans ses carnets de croquis des éléments innombrables, et un jour se tissent entre eux des liens et une histoire nait ; magie des transformations : la forme précède la pensée, laquelle produit une autre forme ; dans l’acuité du regard patient, les choses se mettent à parler. Que montre l’autrice-illustratrice ? Aussi bien une scène vue que le ressenti des personnages et aussi le sien propre ; la façon de voir de Pascale ressemble ainsi beaucoup à celle de la Réalité Virtuelle : présente-absente-très présente, elle s’immerge, elle voit les scènes et leur décor, elle les ressent, elle intègre le ressenti des personnages et des animaux.

Avec son désir de montrer une vérité encore plus vraie, Pascale se situe au croisement du constat et de la mise en scène : des personnes parfaitement identifiées sont aussi des personnages imaginaires. En ce sens, on peut parler chez elle d’un art sorcier fondé sur l’intégration, l’imprégnation, l’infusion.

Mais il y a aussi CHEZ ELLE DES ENGAGEMENTS

Car au sein-même de cet humour et dans ce perçant regard d’aveugle, c’est un dessein tenace et des certitudes qui se logent, un peu comme chez le KIPLING de La lumière qui s’éteint. Pascale BOUGEAULT nous fait entendre ses convictions. Avec son album Comment maman a tué le chef des Pamplemousses, elle nous dit son engagement à ne pas laisser de côté les sujets qui peinent les enfants ou qui fâchent les parents : la maladie, la mort, le divorce. Dans son album De quelle couleur es-tu, elle ose enfreindre le silence qui entoure aux Antilles (et ailleurs) le tabou du « colorisme », conséquence perverse du colonialisme. En leur montrant les figures héroïques de leurs ancêtres, au rebours de la mode des héros modernes, elle permet aux enfants de valoriser l’univers de leurs grands-parents. Sans ses engagements profonds, Pascale travaillerait-elle autant, alors qu’elle circule partout dans le monde, et pourrait se complaire dans ce divertissement ? Non, elle a en elle une volonté: celle de communiquer aux enfants, dans un monde aux fractures inédites, de l’espoir, de l’énergie, de l’optimisme.

Un chemin est ainsi proposé par elle à la littérature jeunesse : être complice de l’enfance, regarder et dire le vrai, faire valoir ce qui a un sens et délaisser le sensationnel, dégager les valeurs, enseigner un savoir-vivre.

Voilà ce que Pascale BOUGEAULT a voulu nous faire partager. Elle souhaitait compléter son propos par la video « Trombino » ;  allons donc la voir sur son site: 

https://www.pascale.bougeault.illustratrice.org/

Le LIVRE QUE NOUS AVONS ACQUIS POUR NOTRE BIBLIOTHEQUE

et que nos adhérents pourront désormais emprunter, c’est

Nous l’avons sélectionné parce qu’il est agréable à lire, facile à comprendre par les enfants et rempli d’un humour et d’une gentillesse propres à désarmer la violence ordinaire dans les relations, même enfantines. Nous l’avons choisi aussi parce qu’il est un livre engagé.

A cette lecture, nous pourrions associer celles du Chemin de Jada et de Comme un million de papillons noirs, de Laura NSAFOU (Ed. Cambourakis), albums découverts lors de notre Rencontre du 18 novembre 2021.